les bateaux

 

"reflet de l´infante"    97x130cm   (huile sur toile)

 

La maison de l´ínfante à st Jean de luz est un enblême, comme l´est la maison Louis XIV. Ce qui m´intêressais dans ce sujet c´est toujours l´application, la résonnance des deux élements terre, mer.

 

Le jeu des élements où se plante ces deux coques, "figées", pour alimenter l´union du ciel, de l´infante, de la mer.

 

Douceur infanteresque,  97 x 130 cm  (huile sur toile)
 

 

Comme un caméléon posé sur la maison de l’infante, ma toile prit cette coloration de base. Expliquer le « pourquoi » d’une évolution est si difficile, on peut toujours se référer à une émotion, un sentiment de bien être ou pas, le principal est d’agir tout simplement sans se préoccuper de sa respiration, le principal moteur reste l’oxygène que l’on y apporte ; son énergie.

Je ne cherche pas le style, j’évolue dans avec ma structure humaine, le principal est de ne pas se renier.

Ma maison natale,  97 x 130 cm  (huile sur toile)

 

Etant né à Ciboure, terre natale de Maurice RAVEL, ma maison sur le quai portant son nom, a suscité mon intérêt à l’immortaliser avec mes souvenirs d’enfance, ma vision artiste, tout cet univers marin; bateaux de pêcheurs ancrés dans ma mémoire visuelle, ma sensibilité. Donné à cette maison, le poids de mon existence, la résonance du clocher sous un ciel en bonne santé, d’un bleu à faire rougir une tomate de ne pas être tombée sous la maîtrise d’un Yves KLEIN. Animé par ces coques blanches, cette verticalité des mats, ces colombages le rythme « bolérien » de cette espace de vie.

Le bateau coulé,  89 x 116 cm  (huile sur toile)

 

 

 

J'ai souvent réalisé des collages que j'ai retranscrit à l'huile.

 

"Je me revois en bas du pont reliant St Jean de Luz à Ciboure, sous mon parasol rouge, attiré par le spectacle de ce bateau coulé. Mes ciseaux gourmands se dépêchant sur trois jours de sauvetage, de coucher sur mon carton, cet évènement local. Un premier plan attractif, bateaux de pêche reposant sur leurs fesses, en opposition au naufrage.

 

 

 Premier port thonier de France par le passé, on y déversait en quantité les thons dans des chariots de fer, avant la pesée. Le poisson ruisselait de son sang, étincelait sous le soleil avant de recevoir sa protection de glace. Mes collages ont toujours rendu hommage à ce dur travail de la mer, dans ce golf de Biscaye où tous les dangers persistent. Se remettre en mémoire cette évidence de la nature, avec le respect de la protéger, en évitant de la piller, de la souiller, à l’encontre d’un équilibre précaire.

Aux Beaux Arts lorsque j’étudiais les Grands Maîtres, David, Goya, Le Titien, Géricault, ce respect de servir était présent, la plus belle cause à mes yeux, l’art  pictural."

 

Je suis comme une éponge qui capture son environnement, une respiration tributaire de la vie. Tout ce qui nous entoure doit etre respecté avec le plus grand soin. La peinture subit des assauts répétés de gens irrespectueux. Pourrais je offrir au regard du public une oeuvre délaissée de sentiments. Approfondir le doute pour inverser avec force un résultat digne de ma confiance.On sculpte sa vie, face aux intempéries, on modèle, on joue, on évite, on prend, on rejéte. une oeuvre doit etre le résultat de facteurs dont l´existence parfois nous dépasse. Une pomme bleue peut fasciner l´oeil et lui donner l´envie de s´y nourrir vers un beau voyage.

Comment nous joindre


2 avenue Joseph Abeberry

64500 Ciboure

Téléphone : +33 559 471543 +33 559 471543

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre entreprise.