la musique

 

La contrebasse" 195x130cm ( huile sur toile)

 

 

 

 

Ce tableau fait partie d´une série de grands formats, illustrant un catalogue musical. Travaillé de grandes touches, aplats colorés ils ont pour fonction de propulser en premier plan cette trace blanche donnant vie à cette contrebasse comme une signature.

Ce tableau a accompagné l´orchestre de Montpellier lors d´une soirée au jai alai de st Jean de Luz

 

 

 

Le compositeur Maurice RAVEL est né dans ma ville natale de Ciboure, dont le quai porte son nom. Il reste pour moi un génie de modernité, je lui ai consacré de nombreuses œuvres, dont le « Boléro pictural ».

 

 

Cette « Rencontre Ravel » est une conversation entre ces deux instruments envelopée d´une tonalité  de douceur légère. Féminité de l’instrument aux courbes divines. J’ai eu l’honneur de créer le décor « ombres chinoises » du livret de COLETTE « L’enfant et les sortilèges » mis en musique par MAURICE RAVEL. Ma rencontre avec le maître luthier Etienne VATELOT lors d’une de mes expositions à Paris a concrétisé l’attachement à cet instrument doté d’une âme. Cette œuvre a illustré le catalogue de l’Académie MAURICE RAVEL.               huile 30 Fig

Cet instrument est un personnage, une âme dans un corps de femme. Je l’ai voulu imposant démontrant ainsi cette puissance sonore, cette délicatesse sensorielle. L’âme y trouve sa place sous ces cordes tendues, tel un personnage musicien, sous la direction à la fois d’un récitant, d’un chef d´orchestre.

Cette oeuvre a illustré l’affiche et le catalogue de Musique en Côte Basque à Saint Jean de Luz.

 

 

 

 

L'âme (huile sur toile)

Récital,  24 x 33 cm  (huile sur toile)
 

 

La musique est une source d’équilibre, on y parle de coloration, de touche, de gamme, d’intensité. Le piano, souligne le visage du pianiste,  la main dirige sur le fond du profil du peintre. Ce bleu retrace à la fois l’univers poétique, parsemé d’éclaircies inspiratrices. PICASSO, a eu sa période bleue, moi ma période de musicalité picturale avec de nombreuses œuvres consacrées à cet art.  

le Boléro   (collage)

 

 

 

La musique, l’art pictural ont des notions équivalentes, de rythme, de coloration, d’espace. Illustrer le Boléro a été un challenge, dans le respect de l’oeuvre. Mille fois je me suis imprégné, conversé avec elle, en y percevant la moindre sensation épidermique. Me suis lancé dans des battements cardiologiques avec mon crayon, pour y structurer la moindre coloration. Mon Boléro pictural s’appuie donc sur sa sonorité, s’amplifiant à son écoute, balancement coloré, appuyé sur son final, par une grande touche blanche, représentant aussi la baguette du chef d’orchestre.

 

 

 "Je connaissais le principe du collage qui n’est pas sans qualité parfois car il réunit des graphismes qui, à l’origine, n’ont pas été conçus pour un tel amalgame. D’où l’imprévu, l’insolite et, souvent, le charme de telles réalisations. La pratique du papier collé est millénaire, avec une motivation poétique indiscutable et merveilleuse. Le collage, plus récent, apporte un esprit et une technique différents, puisqu’il s’agit là de matériaux autres que le papier. Il a été et il est moyen d’expression pour le cubisme, le futurisme, le dadaïsme, le surréalisme, l’art abstrait, le nouveau réalisme, le pop’art.

 

Mais l’originalité – et le mérite – de Marc CLAERBOUT réside dans le fait qu’il a vraiment créé une nouvelle formule : en ce sens que le papier est employé exactement comme la couleur d’une palette et que son collage aboutit à de véritables tableaux, de style figuratif d’ailleurs.

C’est le « COLL’ART », d’une grande vigueur et, en même temps, d’une extrême délicatesse ; exigeant une maîtrise, un métier sur, ne serait-ce que pour la chronologie des collages. Dans ce genre, il n’est pas question, en effet, de « reprendre » en surchargeant plus ou moins. Si, encore une fois, Marc CLAERBOUT est figuratif dans son expression, cette méthode le personnalise, le différencie : ce qui n’est pas une mince gageure, ni une performance négligeable en notre fin de XXe siècle : performance d’autant plus remarquable que, partant d’un matériau sans grande noblesse, il parvient à immatérialiser le tableau dans son ensemble, à lui donner de « l’air ». A la fois très construit et très délimité, il s’en dégage pourtant une poésie incontestable. Le poète que je suis est fort sensible à cette production et je fais volontiers mienne

la devise du peintre :

 

« La simplicité c’est comme l’horizon : c’est rien et c’est tout. »         Marc Claerbout

 

Article de Denis REJANE

A Maurice Ravel (huile)

 

 

Je voulais créer une oeuvre à l´image de ce maitre de la musique, l´incorporer dans sa maison natale, avec son instrument de prédilection, devant cette église si particulière de Ciboure. Rester dans une ambiance douce,  mettre en évidence ce piano nourri de tant d´oeuvres admirables.

Comment nous joindre


2 avenue Joseph Abeberry

64500 Ciboure

Téléphone : +33 559 471543 +33 559 471543

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre entreprise.