décors Ravel

L'Enfant et les sortilèges (2007)
 

 

 

L'ENFANT ET LES SORTILÈGES

Sur une fantaisie lyrique de Maurice RAVEL, sur une texte de COLETTE, Marc CLAERBOUT créait les décors "ombres chinoises" avec la mise en espace et direction de Francois LE ROUX. Réprésentation donnée à Saint Jean de Luz et à Montfort L'Amaury en Septèmbre 2007.

 

(photo Severine DABADIE)

 

Année RAVEL 2007   -   L'Académie RAVEL et Musique en Côte Basque ont coproduit "L'Enfant et les sortilèges"

Une oeuvre collective

 

C’est un peu l’événement de cette session 2007 à la fois de Musique en Côte Basque et de l’Académie RAVEL. En cette année du 70e anniversaire de la mort du compositeur Cibourien les deux entités ont unis leurs efforts pour présenter demain au Jai Alai de Saint-Jean-de-Luz une « coproduction » à la fois originale et totalement construite à partir du Pays Basque.

Il s’agit de proposer une version particulière de la fantaisie lyrique de RAVEL « L’enfant et les sortilèges » écrite sur un texte de COLETTE. Tout est parti il y a un peu plus d’un an. On a proposé à Jean-François Le Roux, baryton et professeur de la classe de chant de l’Académie Ravel de « mettre en espace » « L’Enfant et les sortilèges ».

(photo  Severine DABADIE)

 

« Une version avait été créée à Lyon, alors que je m’y trouvais, dit Jean-François Le Roux. Je l’avais vu et cela m’avait bien plu. Je suis venu en décembre au Jai Alai et j’ai immédiatement compris ce que l’on pouvait faire en restant simple mais efficace, enfin je l’espère. »

Il faut dire qu’à Lyon il s’agissait d’une mise en scène traditionnelle avec des gros moyens qui n’étaient pas ceux de l’organisation basque. « Après ma rencontre avec l’éclairagiste Franck Girodo j’ai eu l’idée de remplacer maison, jardin, objets qui figurent dans l’oeuvre par des ombres chinoises. Il fallait oser le fantastique, la démesure et l’ombre chinoise permettait de tout surdimensionner. »

Il faut savoir que dans l’histoire de Colette, un enfant un peu espiègle se révolte contre tout ce qui l’entoure et tout d’un coup les objets, les animaux s’animent et se rebellent.

Ombres chinoises. Pour les ombres chinoises on s’est adressé à un artiste local, un Cibourien né, comme il dit, « à  4 maisons de celle de Ravel » dont les œuvres accompagnent sans cesse ses propres créations, Marc Claerbout. « J’ai accepté avec enthousiasme de créer les silhouettes, dit-il. Je me suis appliqué à faire ressortir tous les symboles qui figurent dans le livret mais en restant dans le monde enfantin. Ainsi j’ai mis des lunettes à la chouette. Comme ces silhouettes doivent être manipulées il fallait qu’elles soient légères mais pas trop souples. J’ai utilisé du carton plume mais doublé ce qui fait 40 silhouettes au lieu de 20, mais je suis fier de ce que j’ai fait. On ne m’a pas donné de cahier des charges, on m’a laissé la bride sur le cou. Pendant deux mois et demi les images ont progressé. Je suis sûr que jusqu’à la dernière minute il y aura des choses qui vont changer. »

« Les silhouettes sont belles et très graphiques, ajoute Francois Le Roux.  C’est aussi très amusant et Marc nous plonge vraiment dans un univers de gamin.  Ces silhouettes vont être manipulées par les artistes dans les passages où il ne chantent pas. Tous ceux qui seront sur scène viennent de l’Académie. Les premières répétitions ont eu lieu en amont à Paris. Et le travail a été renforcé en Pays Basque. La première répétition in situ a eu lieu dimanche avec une sorte de générale hier devant les scolaires.  On a choisi d’etre patient, de sérier les problèmes et de tout travailler dans l’ordre », dit Jean-Francois Le Roux.

Cette production sera redonnée hors de la Cote Basque à Paris et à Monfort l’Amaury où Maurice Ravel est mort. Et dans le Midi deux festivals sont intéressés ...


par Michel Meunier

 Photographe de "L'Enfant et les sortilèges" Severine DABADIE, Ciboure

(tous droits réservés)

 

 

L'HEURE ESPAGNOLE (2011/2012)

 

 

 

Les décors concernant "l'heure espagnole" me donnent la possibilité d'approfondir l'oeuvre de Maurice RAVEL après ma collaboration pour "l'enfant et les sortilèges".

Par ces décors j'ai voulu mettre en exergue la sobrité, l'élégance, l'esthétique, la modernité. Jouer sur une forme de minimalisme en n'utilisant que le noir et blanc, pour une lecture immédiate...

 

 

Des panneaux de différentes grandeurs me permettent de m'adapter aux différents volumes de scène, tant sur la profondeur, la largeur. Plus de 120 dessins ont été nécessaires pour trouver l'ensemble, l'équilibre des décors.

 

 

Les horloges auront une structure statique comme deux silhouettes dans cette espace scénique, que les personnages habiteront au fil de l'histoire...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment nous joindre


2 avenue Joseph Abeberry

64500 Ciboure

Téléphone : +33 559 471543 +33 559 471543

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre entreprise.